Montréal encore et toujours !

Les acteurs du marché immobilier dans la région de Montréal se sont frotté les mains en 2015 en constatant un rebond des ventes ? Cela faisait en effet des années qu’ils n’avaient pas été à pareille fête.

logo 1Une fin d’année 2015 en apothéose et un début 2016 en fanfare.

En janvier la région de Montréal a connu le onzième mois consécutif de croissance de son secteur immobilier. Elle constitue même en quelque sorte l’épine dorsale de l’économie canadienne. Faut-il rappeler que l’immobilier a contribué pour 20 % du PIB canadien en 2015.
Pour le mois de janvier, les ventes de propriétés unifamiliales de la grande région de Montréal avoisinent les 40% de toutes les ventes du Québec réuni avec 921 transactions réussies sur un total de 2217. C’est grâce au dynamisme du marché montréalais que le prix médian des unifamiliales dans le Québec a progressé de 5 %.

Un bilan contrasté avec les autres régions

Si Montréal progresse contre vents et marées, il n’en va pas de même pour les autres régions. En fait, si nous employons une image, nous dirions que Montréal tient le rôle de la locomotive d’un convoi à la peine. En effet, les bons résultats de la RMR Montréal sont contrebalancés par la piètre performance des autres régions de la province. Si l’on prend comme référence les actes notariés publiés au registre foncier du Québec, on constate que les ventes de 2217 unifamiliales sont en repli de 3 % comparativement à janvier 2015. logo 2Par ailleurs si le prix médian pour la province s’affiche à 213 845$, c’est bien grâce à la forte traction de Montréal. Dans les faits, le prix médian hors région Montréal n’est pas tout à fait reluisant. Il est toujours de 180 .000$ et les ventes ont-elles fléchi de 9 %.

La situation est meilleure au niveau des copropriétés, mais c’est encore grâce à Montréal car c’est l’endroit privilégié par les promoteurs pour ce segment du marché. Le prix médian est passé à 242 332 $ représentant un accroissement de 3 % tandis que les ventes ont connu une progression de 9% par rapport toujours à janvier 2015 avec 1170 transactions effectuées. C’est donc un très bon départ.

Petit survol des régions

C’est un fait récurrent. Janvier n’est pas tout à fait un mois qui enregistre beaucoup de ventes. Il n’y a donc pas de variations notoires si l’on considère celles enregistrées et publiées au Registre Foncier. Il ne faut donc pas trop tenir compte des faibles résultats obtenus à Saguenay, Sherbrooke et Trois- Rivières. En revanche, Il faut saluer la performance de Montréal qui tire son épingle du jeu et réalise un bon score avec des ventes en hausses de 6 %.

La situation globale en janvier

logo 3Les données du chômage au Québec sont assez positives. Après une forte augmentation en décembre, il s’est infléchi de 0,3 % et s’établit à 7,6 %. Cette diminution cependant est à plutôt à porter sur le compte d’un mouvement migratoire vers d’autres cieux. Les chiffres montrent en réalité une légère baisse de l’emploi. Quant à l’indice d’accès à la propriété, il a baissé d’un petit point de pourcentage, mais ce n’est probablement qu’un phénomène passager, car c’est la première fois qu’il diminue depuis avril 2015.

Si vous voulez vendre ou acheter une propriété, contacter Marc au (514) 316-9186!

Équipe Marc Pouliot

Pin It on Pinterest

Share This