Début d’année en fanfare pour l’immobilier québécois

Emboitant le pas à Montréal qui se distingue de toutes les autres régions du Canada pour son dynamisme, le marché immobiliser au Québec se montre aussi très incisif.

logo 1Une bonne fin d’année

Le marché immobilier du Québec aborde la nouvelle année sans complexes. Confirmant les bons résultats l’année qui, selon les données fournies par l’agence Centris des courtiers immobiliers, affichent une augmentation globale de cinq points de pourcentage par rapport à l’année 2014. Ce résultat est encourageant à plus d’un titre, car il représente le premier regain d’activité dans le segment du marché immobilier depuis trois ans et la plus forte augmentation depuis 2007.

Un excellent début d’année

Sur sa lancée de 2015, le marché immobilier de Québec montre qu’il n’a pas envie de lâcher la rampe. Le début d’année a été prolifique surtout en matière de revente. En effet, les courtiers immobiliers du Québec n’ont pas chômé, loin de là ! Il se trouve que les ventes au niveau des propriétés unifamiliales ont vu une hausse de 18 % par rapport à janvier 2015.

Certes, les données la Chambre immobilière de Québec (CIQ) montrent que le marché de l’immobilier neuf connait un léger repli, mais en ce qui concerne les propriétés déjà existantes, le consommateur ne semble pas vouloir les bouder. Le phénomène est particulièrement intéressant dans les quartiers situés aux environs du centre de la région métropolitaine.

Les unifamiliales

logo 3Les chiffres relevés par la CIQ montrent qu’au cours du mois dernier 315 transactions de propriétés unifamiliales ont été conclues. Cela représente ni plus ni moins qu’une augmentation de 24% par rapport à la même période en 2015. Il faut reconnaitre cependant que le marché actuel est en faveur des acheteurs, car le prix de vente médian a connu une légère baisse et s’établit à 239 500$ et le délai de vente moyen se trouve quelque peu rallongé, puisqu’il a dépassé la barre des 140 jours. 16 de plus qu’en janvier 2015.

Les copropriétés

C’est à peu près le même topo que pour les unifamiliales à la différence près que le délai de revente est nettement plus important et que le prix médian a aussi fortement reculé. Dans ce segment particulier, le délai moyen atteint les 200 jours ; les vendeurs ont donc dû patienter 45 jours de plus et se contenter de 187 000$, soit 13 % de moins qu’en janvier 2015. Ceci étant, les ventes ont connu une nette progression de 8 %.

Haute-Saint-Charles, le modèle à suivre

C’est l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles qui a obtenu la palme du dynamisme. Au mois de janvier, il a enregistré 64 transactions, ce qui équivaut à un bond des ventes de 68%. logo 2Le prix de vente médian a progressé de 2 % pour s’établir à 228 500$, tandis que le délai de vente moyen a régressé de 5 jours, s’établissant à 137 jours.

Du côté de Lévis, les ventes de propriété unifamiliales étaient en hausse de 4% en janvier. Le prix de vente médian s’est maintenu à 233 000$. Le délai de vente moyen s’est par contre allongé de 23 jours pour atteindre 145 jours.

Si vous voulez vendre ou acheter une propriété, contacter Marc au (514) 316-9186!

Équipe Marc Pouliot

Pin It on Pinterest

Share This