Condo locatif à Montréal : un bon investissement ?

En achetant un condo à Montréal puis le mettre en location est-il possible de gagner de l’argent ?

logo 1D’après une étude réalisée par la Société canadienne d’hypothèques et de logement, il est plus ou moins possible de gagner de l’argent grâce à cet investissement.

Deux économistes Tania Bourrassa-Ochoa et Geneviève Lapointe ont étudié un échantillon de 100 copropriétés en locations au centre-ville et à Île-des-Soeurs.
Dans cet échantillon, toutes les copropriétés ont été construites en 2010.
En se basant sur les hypothèques retenues, l’ensemble des condos inclut dans l’étude ont été à l’origine d’un flux de trésorerie moyen chiffré à -1% au bout d’une année d’exploitation on parle alors de « cashflow ».

D’après l’économiste Bourassa-Ochoa, le « cashflow » se calcule en sous-tractant l’ensemble des frais (paiements des hypothèques, frais de copropriété, assurance habitation, frais scolaire et foncière…) des bénéfices de la location de la copropriété sur toute l’année.

Les hypothèses de la Société canadienne d’hypothèques et de logement

Dans cette étude, les économistes se sont intéressées aux condos mis en location sur le réseau Centris avec des critères précis :

-Un fonds d’investissement de 20%
-Une hypothèque représentant 80% de la totalité de la somme
-Le taux de l’hypothèque est fixé à 2.54% et ce pendant 5 ans.
-Le montant du loyer doit correspondre à celui affiché sur le réseau Centris.
-Le locataire doit signer un engagement de 12 mois, sans mauvaise créance.
-Le choix d’investissement réalisé par le propriétaire du condo fait partie des variables étudiées par les deux économistes de la SCHL, il s’agit du coût de l’opportunité.

Mme Bourrassa-Ochoa définie cette variable comme étant le coût du placement actif dans une mise de fonds d’une copropriété en location au lieu que de faire un emplacement pour investir dans un autre vecteur financier.

logo 2D’après les chiffres de cette étude, le coût de l’opportunité permet de donner une image de l’investissement dans une obligation à prime du gouvernement de 10 ans.

Un cashflow entre -10% et +20%

D’après cette même étude réalisée par Mme Bourrassa-Ochoa et Mme Lapointe, sur les 100 copropriétés incluses dans l’étude, le flux de trésorerie varie d’un investisseur à un autre, ainsi si certains ont enregistré un cashflow de -10%, d’autres ont atteint les +20%.
Ainsi, cette étude tombe à pic, puisqu’actuellement, la location des condos à Montréal est un marché en pleine expansion.

D’après les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement près de 25% des copropriétés dans le centre-ville et au niveau de Île-des-Soeurs sont rachetés par des investisseurs pour qu’ensuite ils soient mis en location.

Il existe une très grande diversité des logements disponibles sur le marché, ceux incluent dans l’étude ont des prix qui vont de 1400 à 7500 dollars canadiens par mois.

Un retour sur investissement hypothétique

logo 3Un cashflow de -1% peut, certes, paraître peu intéressant au premier abord, mais l’économiste Mme Bourrassa-Ochoa assure que cet investissement pourrait être rentable s’il réalise un gain lors de la revente du condo.

Cependant, dans l’état actuel du marché montréalais une telle prouesse est assez difficile à réaliser.

Si vous voulez acheter ou vendre un condo, appelez Marc au (514) 316-9186!

Pin It on Pinterest

Share This