Les conditions de crédit immobilier vont durcir

Les conditions de crédit immobilier vont durcir, c’est ce qu’a annoncé le ministre fédéral des finances Bill Morneau. Cette mesure a été prise pour éviter la formation d’une bulle, notamment dans les régions aux prix élevés comme Vancouver et Toronto.

logo 1Les conditions de prêt vont connaître un resserrement

Ottawa pense que le marché immobilier affiche une certaine stabilité. Toutefois, un resserrement des conditions de crédit doit être appliqué notamment pour les propriétés dont le prix est supérieur à 500000 dollars. En effet, le ministère estime que les prix stagnent à un niveau trop élevé, dans des villes comme Toronto ou Vancouver. C’est alors le 15 février 2016 que la mesure prendra effet. Toute personne qui souhaitera acquérir une propriété dont le prix est supérieur à 500000 dollars aura à prendre connaissance des nouvelles mesures lors de la souscription du crédit hypothécaire. En plus du taux de 5 % applicable à la première tranche de 500 000 dollars, il faudra prévoir une mise de fonds de 10 % tout au moins. Cette mise de fonds passe alors à 20 % du prix de la propriété, si celui-ci excède 1 million de dollars.

Pas de bulle en vue, mais la précaution reste nécessaire

logo 2Ces mesures tendent alors à diminuer les risques sur le marché de l’immobilier, même si la bulle ne représente pas plus qu’une lointaine éventualité pour Ottawa. Prenons alors un exemple où vous achetez en 2016 une propriété qui coûte 600 000 dollars. Si vous achetez avant le 15 février, la mise de fonds sera de 5 % du prix de la propriété soit 30 000 dollars. Mais au-delà de cette date, la mise de fonds devra inclure 5 % de 500000 dollars en plus de 10 % des 100 000 dollars excédentaires à la tranche de 500 000 dollars. Concrètement, vous aurez donc à payer 35 000 dollars en mise de fonds.

Une disparité des prix

A titre de rappel, les zones où l’on retrouve des prix moyens supérieurs à 500 000 dollars sont les suivants : Vancouver, le centre de Toronto, Fort McMurray, Mississauga et la Vallée Fraser. Il faut savoir qu’en 2014, le prix moyen des propriétés a explosé à Vancouver pour atteindre les 947 000 dollars, soit un bond de 16 %. Et pourtant, il est en baisse dans d’autres villes comme Montréal ou Québec, avec des prix qui sont descendus respectivement à 339 000 dollars et 245 000 dollars.

L’immobilier reste accessible

Malgré cette nouvelle mesure décidée par Ottawa, l’immobilier reste un marché accessible. En effet, le tout est de réunir les bonnes conditions pour emprunter afin d’obtenir un taux de crédit décent. Qu’il s’agisse d’un taux ouvert ou fermé, les banques sont plus enclines à offrir des taux bas lorsque le dossier comporte peu de risques d’insolvabilité. Mais il faut également prendre en compte le choix des propriétés. logo 3Pour trouver les meilleures offres sur le marché, tant au niveau du prix que de la qualité de la propriété, il est intéressant de s’offrir les services d’un courtier immobilier.

En effet, il connaît les prix du marché ainsi que les besoins des clients, ce qui fait que le matching est plus facile pour lui. Si vous cherchez un condo ou une maison individuelle à acheter ou à contrario si vous avez une propriété à vendre, vous savez maintenant ce qui vous reste à faire.

Si vous voulez vendre ou acheter une propriété, contacter Marc au (514) 316-9186!

Équipe Marc Pouliot

Pin It on Pinterest

Share This