Investir dans l’immobilier au Canada : les avantages

Au Canada, les séquelles de la crise de 2008 semblent s’être effacées si l’on en juge par la vitalité du secteur immobilier. C’est ce segment qui a été le plus productif au cours de l’année 2015. Internet aidant, beaucoup de Français songent à la possibilité d’y investir dans la pierre.

logo 1Peut-on investir au Canada à partir de la France ?

La réponse à cette question est oui ! Il est possible de percevoir des loyers sans pour autant devoir résider au Canada à condition d’être en règle avec l’administration fiscale. En tant que non-résident, vous avez l’obligation de demander un certificat de conformité si vous disposez d’un bien canadien imposable. Normalement, un non-résident qui perçoit un loyer au Canada doit payer un impôt équivalent à 25% des loyers qu’il a perçus pendant l’année jusqu’au 31 décembre. Toutefois, la loi de l’impôt sur le revenu permet au non-résident de choisir d’être imposé sur le revenu net de son loyer après déduction des dépenses admissibles. Il ne sera plus imposé au taux de 25 % mais suivant le taux progressif dont jouissent les résidents.

Comment se porte l’immobilier en général ?

Le taux de croissance des loyers des appartements était estimé à 2,2 % en 2014. On comprendra alors que l’investissement locatif ne peut être rentable que sur le long terme. Tout comme en France les prix des immeubles de rapport n’ont plus aucune mesure avec le revenu qu’ils génèrent L’immobilier est surévalué surtout à Montréal et à Toronto et les ventes sont rares. Toutefois, selon les prévisions de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), une reprise des ventes et la revente devrait progresser de 4,5 %. Lors de la vente, le Canadien sera imposé sur la moitié du gain capitalisé, en fonction de sa fourchette d’impôt.

Quelle est la mise de fonds minimale pour un non-résident ?

Pour l’acquisition d’un duplex que l’acheteur n’a pas l’intention d’habiter la mise de fonds hypothécaire minimale est de 20 %. Pour les modalités d’emprunt, le taux est fonction de la durée du « terme », et généralement variable.

logo 2Comment puis-je avoir accès aux offres immobilières ?

La meilleure manière de trouver un bon immeuble de rapport au Canada est se mettre en rapport avec une agence immobilière. La plupart d’entre elles prennent une commission lors de la transaction, mais il en existe d’autres comme DuProprio qui ne réclament pas de commission. Elles possèdent en outre des outils web pouvant vous permettre de « visiter »des propriétés à distance.

Puis-je espérer faire la culbute avec mon bien ?

Au Canada cela s’appelle faire un flip. C’est votre droit le plus strict. Cependant, il faut vous mettre en tête que votre qualité de non-résident risque d’être un handicap. En effet, si vous voulez revendre votre propriété, vous devrez résilier le bail avec votre locataire. Or la loi canadienne est très protectrice à l’égard des locataires. On ne peut pas les expulser pour un oui ou un non. A moins que votre locataire ait des retards répétés dans le paiement du loyer, il vous sera très difficile de demander la résiliation du bail. A moins bien entendu que le repreneur de votre propriété consente à le louer aux mêmes conditions que les vôtres.

Si vous voulez investir dans l’immobilier au Canada, contacter Marc au (514) 316-9186!

Équipe Marc Pouliot

Pin It on Pinterest

Share This